Défense de la langue française   


Actions de Françoise Etoa, présidente du Cercle des enfants. (samedi 11 novembre 2006)

Remise de dons à des communes et à l’université d’Abobo-Adjamé

Le Samedi 11 Novembre 2006 à la Résidence du Chef de L’Etat à Cocody

Ce sont 10 lits d’hôpitaux et 6 berceaux pour Toulepleu, un lot de médicaments pour Vitré 2 et Zikisso, 4 commodes pour les centres d’accueil de Bassam, 200 chaises et autant de bras de chaises pour l’université d’Abobo-Adjamé, 200 chaises et 55 tables pour la mairie de Guéyo, 50 chaises pour Bonoua, 10 placards pour l’internat de filles de Guibéroua et 20 chaises à bras ainsi que 3 fauteuils pour l’Ong Aprodfn qui ont été remis samedi dernier, à la résidence du chef de l’Etat à Cocody, aux responsables des différentes structures récipiendaires, par Mme Simone Ehivet Gbagbo. La Première dame a rendu un vibrant hommage à Mme Françoise Etoa, qui a fait venir deux conteneurs d’objets pour équiper des écoles.
« Elle nous a écrit pour dire qu’elle avait des choses à donner à la Côte d’Ivoire pour que les filles puissent acquérir la connaissance. Cela leur permettra, au plan économique, d’avoir plus de liberté », a-t-elle indiqué, avant de s’engager à distribuer gratuitement ce qu’elle a reçu gratuitement. Selon elle, plusieurs personnes ont des choses à offrir aux Ivoiriens.
Mais, elles sont souvent bloquées par les frais de douane.
« Quand nous sommes informés et que le produit est intéressant, nous nous débrouillons pour payer les frais de transport et pour sortir les objets du port », a-t-elle déclaré.
La cérémonie de remise de dons s’est déroulée à la résidence du chef de l’Etat à Cocody, en présence de SEM Hyacinthe Kouassi ambassadeur de Côte d’Ivoire en France. Elle avait pour objectif, selon M. Lago Bailly, responsable de l’action humanitaire au cabinet de la Première dame, d’apporter une assistance aux personnes en difficulté. M. Lago Bailly a également rendu hommage à l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire en France pour ses nombreuses actions visant à prolonger les actions de la Première dame.
« Le gardien de la Côte d’Ivoire, c’est le président Gbagbo. Nous sommes et nous restons mobilisés pour la cause de nos frères et sœurs », a-t-il avancé. Selon lui, tous les Français ne sont pas contre les Ivoiriens. « Quand les officiels essayent de tout bloquer, nous passons par la coopération décentralisée et nous parvenons à faire ce que nous faisons ».
Au nom des récipiendaires, le colonel François Adji a exprimé sa gratitude à la Première dame. Il l’a félicitée pour avoir compris que le sous-développement a plusieurs têtes, et que pour le combattre, il faut lutter sur plusieurs fronts.
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •