Défense de la langue française   
LES HÔPITAUX DE L'ASSISTANCE PUBLIQUE DE PARIS

M. Pierre-André WILTZER
Vice-président de l'Assemblée nationale
Député de l'Essonne
à M. Marceau DÉCHAMPS
Secrétaire général
DROIT DE COMPRENDRE
(5 mai 2000)
Monsieur le Secrétaire général,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la copie de la réponse du Ministre délégué à la coopération et à la francophonie que j'avais saisi du problème de la nouvelle atteinte portée à la langue française par des fonctionnaires de l'Assistance publique, via une circulaire recommandant l'usage de l'anglais à des médecins français.

Je me réjouis au moins que, sur le principe, le Gouvernement ait amené l'Assistance Publique à s'expliquer sur cette initiative, même si les explications ne sont pas des plus convaincantes…

Vous assurant de ma détermination à promouvoir l'idée d'une communauté scientifique francophone et à relever, grâce à des témoignages comme le vôtre, tous les manquements à cet objectif, je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire général, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

P.S. : Le communiqué de presse de l'Assistance publique - hôpitaux de Paris, s'il traduit la prise de conscience de cette institution devant le problème des publications scientifiques en français, révèle une réalité très préoccupante : ce sont apparemment les praticiens eux-mêmes qui négligent de mentionner leurs publications en français au profit de leurs textes en anglais !


M. Charles JOSSELIN
Ministre délégué à la francophonie
à M. Pierre-André WILTZER
Vice-président de l'Assemblée nationale
Député de l'Essonne
(28 avril 2000)
Monsieur le Député,

Par lettre en date du 7 février 2000, vous avez bien voulu appeler mon attention sur la circulaire adressée le 6 janvier 2000 par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris aux professeurs de médecine des hôpitaux Cochin et Saint-Vincent de Paul.

Je suis, comme vous, profondément attaché au respect et à la diffusion de notre langue et je vous sais gré des efforts que vous entreprenez à cette fin.

À cet égard, la promotion du français dans le domaine scientifique me paraît, comme à vous-même, essentielle.

Sur le plan multilatéral, le gouvernement français n'a cessé d'œuvrer en faveur d'une réforme de l'Agence universitaire de la Francophonie servant à la constitution d'un espace universitaire francophone d'une qualité incontestable et pleinement intégré dans la communauté scientifique internationale.

Conformément à nos vœux, les orientations prioritaires arrêtées par l'Agence universitaire de la francophonie correspondent entièrement à cette ambition puisqu'elles visent à :

Notre coopération bilatérale relaie et amplifie ces efforts. À cet égard, nous apportons une aide à la mise en œuvre de quelque 220 filières universitaires en français de par le monde et au programme de bourses qui, pour les seules bourses universitaires, bénéficie à 23 000 étudiants étrangers.

Quant à l'initiative de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris que vous avez relevée, j'ai appelé l'attention de mes collègues, Madame la Secrétaire d'État à la santé et aux handicapés et Madame la Ministre de la culture et de la communication, ministre de tutelle de la Délégation générale à la langue française et chargée à ce titre du respect des textes qui fondent l'obligation de l'usage de notre langue, sur vos préoccupations.

J'ai plaisir à vous adresser sous ce pli la mise au point effectuée à ce sujet par l'Assistance Publique - hôpitaux de Paris à travers un communiqué de presse récent. Elle devait corriger l'impression d'une mise à l'écart de notre langue que pouvait produire le texte auquel vous vous référez.

En espérant que ces précisions répondront à votre attente, je vous prie d'agréer…


Projet de communiqué de presse (15 février 2000)

À la suite de la publication d'un article du journal France Soir portant sur le recueil des articles en français dans les hôpitaux de Paris de l'Assistance publique, l'AP-HP souhaite apporter les précisions suivantes :

  1. Afin de mettre en valeur la mission de recherche des praticiens de notre institution, il a été décidé de prendre en compte cette mission dans les indicateurs d'activité des hôpitaux. Cette démarche novatrice et expérimentale a été initiée en 1998.

  2. La grille d'évaluation de l'indicateur « Recherche clinique » a comporté dès l'origine une donnée sur la publication d'articles originaux qu'ils soient rédigés en français ou en anglais. Mais le mode de recueil (demande de photocopie de la première page de l'article rédigé par le praticien) n'a pas obtenu l'adhésion des praticiens qui n'ont pas transmis dans leur grande majorité les articles en français dont ils étaient les auteurs. Alors que de nombreux services publient pourtant deux fois plus d'articles en français qu'en anglais, le recueil de données a fait apparaître cinq fois plus d'articles en anglais qu'en français.

  3. Afin de ne pas exclure cette donnée du recueil 1999, le principe d'une simple déclaration a été retenu pour chiffrer le nombre de publications en français. Le résultat n'a pas été satisfaisant.

  4. En 2000, faute d'obtenir par un mode déclaratif une information précise et complète des praticiens sur ce sujet, la décision a été prise de ne plus demander cette information aux praticiens et de la recueillir directement sur la base de données Ovid à laquelle chaque service de l'AP-HP a accès et qui comporte notamment les publications en français.

  5. La démarche retenue en 2000 marque ainsi la double préoccupation de l'AP-HP de simplifier le recueil des données auprès des praticiens et de mieux identifier l'information sur les publications en français.
Retour haut de page Retour sommaire
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •